Chez Berlioz à La Côte Saint-André

Sans vouloir être désagréable avec qui que ce soit, il n’est pas sûr qu’on ferait halte dans la petite ville de La Côte Saint-André (Isère) si l’un des plus illustres compositeurs, Hector Berlioz, n’y était né le 11 décembre 1803, dans une famille cossue. Le peintre hollandais Jongkind (1819-1891) y a, lui, passé les vingt dernières années de sa vie, et y est inhumé. Mais les attraits historiques et touristiques de la cité sont limités.

La maison natale de Berlioz se visite, elle a fait l’objet de plusieurs restaurations, et le musée qui y a été installé, constitue un bel hommage à l’oeuvre et la personnalité protéiformes de l’enfant du pays (un peu comme la maison des Mendelssohn à Leipzig : voir Retour chez Felix)

IMG_8997L’hôtel de ville de La Côte Saint-André

IMG_8996Les grandes halles

IMG_8998L’église Saint-André et le monument aux morts.

La maison natale de Berlioz est un musée qui se visite : Musée Hector Berlioz

IMG_8995

IMG_8987

IMG_8986

IMG_8991

IMG_8989

IMG_8988

IMG_8984

IMG_8981

IMG_8982

IMG_8994

IMG_8983

IMG_8993

IMG_8992

IMG_8990

IMG_8988

IMG_8985

 

Une recommandation si l’on veut loger dans les parages, une merveilleuse maison d’hôtes, où tout est parfait : Le Domaine de Dony,à 3 km du centre du village

La Côte Saint-André (Isère) / Août-August 2018

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

Revoir Poitiers (II)

0Yqg421%TQeZqR8HAclp6w

Je suis né à Niort, chef-lieu des Deux-Sèvres, mais c’est à Poitiers que j’ai vécu les vingt premières années de ma vie, école primaire, lycée, université (Les maisons de mon enfance)  Les hasards de la vie professionnelle, les détours de la vie tout court, ont fait que je suis peu souvent revenu dans une ville qui n’a guère changé, dans son coeur historique. Suite de la visite…

Plus ancien édifice connu, la Pierre-Levéedolmen édifié dans l’actuel quartier des Dunes.

9EP008taQ92I+ewqpLnMoA

A proximité, l’Hypogée des Dunes, un monument funéraire du VIIème siècle

fjv0F3CnRmmqk1CCNmMTPQ

Naguère au centre de l’avenue Jean-Jaurès qui « monte » vers le centre ville, l’un des plus anciens et des mieux conservés bâtiments de la première chrétienté, le Baptistère Saint-Jean

hJ8zOdvGRJmtOuqRAQM+Sw

malheureusement défiguré par la proximité d’un « Espace Pierre Mendes-France » édifié, dans les années 80, entre le Baptistère et la Cathédrale Saint-Pierre. Comment l’Etat, l’architecte des Bâtiments de France de l’époque, ont-ils pu laisser construire une telle incongruité ?

ZwYT3LYLTJWWKhfy4Pdtig

A 100 mètres, un autre chef-d’oeuvre de l’art roman de Poitiers, la très belle église Sainte-Radegonde, du nom de la sainte patronne de la ville, Radegonde (520-587), princesse thuringienne devenue reine des Francs en épousant Clotaire Ier, fils de Clovis.

tCgrOlAURs6JipZp2+2%LQ

8p9D3UFVTRyYthzwKU7%yQ

WIFNFxVgQpmYbNc4dhEhwQ

ZVSv89a+ReG%xuKVRh1goQ

C%8sI4e6RgOj6vBFvgbX5A

ERkxDDI2QCmQl77KgRyZ%ADans la crypte de l’église, se trouve le tombeau de Sainte Radegonde, fondatrice de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers

ZEDftndqSdCGLx3KZSNQQw

D7fps0IeTvuoyiJpQ1Uosw

jir0V3PbS%i6oxVmo3s1tQ

suYE7TynR3m88EuQ5Nz8uQ

TZGXTdmFT7yGh8xob7zEOA

WfZBACNWQJeHjwvx1TP1YQDans l’un des murs de Sainte-Radegonde, cette empreinte de pas, Le Pas de Dieuqui serait la trace de l’empreinte du pied du Christ, lorsque celui-ci apparut à Radegonde dans sa cellule…

IMG_6391

La Cathédrale Saint-Pierre de Poitiers est le plus grand édifice religieux de la cité.

IMG_6392

IMG_6394

IMG_6395

C’est dans cet nef immense que j’ai entendu mes premiers concerts d’orgue, donnés sur les grandes orgues François-Henri Clicquotjustement célèbres

IMG_6396

Derrière le maître autel, l’un des plus anciens et des plus beaux vitraux de France, la Crucifixion (XIIème siècle) et ses bleu et rouge somptueux.

IMG_6398

IMG_6403

IMG_6402

IMG_6404

Mais c’est un autre chef-d’oeuvre de l’art roman, universellement connu, qui a fait la notoriété de Poitiers, Notre-Dame-la-Grandequi contrairement à son appellation, est de proportions plutôt modestes – bien plus en tout cas que ses soeurs romanes Saint-Hilaire ou Sainte-Radegonde.

IMG_6419

IMG_6422IMG_6423

IMG_6425

IMG_6424

IMG_6426

IMG_6428

Regagnant l’Hôtel de ville par les rues commerçantes, on passe à l’arrière du Palais de Justice, ancien palais des comtes de Poitou, ducs d’Aquitaine

IMG_6430

IMG_6431

IMG_6434Dans les jardins du Palais de Justice, la statue de Jeanne d’Arc témoigne du passage à Poitiers, en 1429, de la Pucelle d’Orléans.

IMG_6435

A l’arrière de l’Hôtel de Ville, l’ Hôtel de Beaucé (1554) est un des beaux édifices Renaissance du chef-lieu de la Vienne.

Poitiers (France) / Juillet-July 2018

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

 

Gerberoy : Roses de Picardie

JSGE3CgqSJuVpsgBntbY%wÀ l’ouest de Beauvais, le chef-lieu de l’Oisese niche un très vieux et très charmant village : Gerberoy

6ONFaGI5Qjum76IcM9QOxg

q2A87x1sTEeJZALtmpiFkg

hX2MVZTHTLayI1OUcv3aEg

xegbzvHSSCeOfGVBATD0YQ

JB1puCV0Ra+pXkFzmeKoug

70fc2bc0-6a69-4fdc-82a2-c694c29e1c6c

xPSoouh7T0uFUa3RTptHBg

C6iCdfeTTn2gfLt+NezXjA

0t%sFT+GRl+P7Lmj7FutHgLa belle maison qu’habita le peintre Henri Le Sidaner – qui est toujours propriété de sa famille.

D’autres « célébrités » ont choisi Gerberoy pour y vivre ou y exercer leur talent. Gens de télévision comme Pierre Dumayet ou Alexandre Tarta, poète comme Jean Tardieu, musiciens comme Eustache du Caurroy (1549-1609), plus près de nous comme Philippe Cassard, Nicolas Dautricourt ou Cédric Tiberghien qui y ont animé des festivals, ou Pascal Rophé dont la mère fut maire de Gerberoy de 2001 à 2008.

WERswtzYQOKbxhSABA7siwLa Collégiale Saint-Pierre

kooEdQQCSdiWRF9sCbYOvA

l8UqG6OISXCG7BRgysi9aQ

46EvKuM1TDuZy14oVUWooA

aHT8W%M0R8mkBCMjlv5xuQ

6635pSEGQ+mtsz5rXbUZfA

Ffsi9QxsTTOMQORsFrCU%w

Le jardin dessiné et conçu par Le Sidaner se visite, à l’arrière de la Collégiale Saint-Pierre. Harmonie des couleurs et des senteurs. Un must à Gerberoy (www.lesjardinshenrilesidaner.com)

iJ8tlSGwSmirLu6CvjunDg

ITn9ECnHRoOSMkVtUULyPQ(Vue sur la maison Le Sidaner)

ZqedGAa1T7eW19x+mzLdRg

JvaFiRe+Bq9aZj9h8RgVue sur les toits de Gerberoy

xsL4ZqMtQ86F7bt6q0eEEg

SXyHgrKURYeVkujzXs6MWw

%iB%UPefTj2hTEiH5i3A7A

IMG_6198

cOiE2lzXSOiuBiz4XSCY3g

CnCo0W3USG2N1JSu49i0kg

U4BViGjoQrS5I5vQ7AhjQQ

rDbJFHWIRXebwPCd0PwGMA

HBzPUM5FS5uX7Ob8F7cQ5Q

EFtd%Y%%SN2DcBx+bGZq0w

f7JvVPVNQUepBIXnlX97fQ

obPHjkt3RY+3rSuB8ZJjPg

GvevGmQ6SniJ3dDVVWQrWw

RnS4iVWOQueNMgkA1sA2EQ

En redescendant vers le village, on se dirigera vers le Jardin des Ifsqui est aussi un excellent restaurant, idéal pour un dimanche en famille… comme à la maison !

cOW%WCaPQ+e5fjge1My4ug

sXblz0YuQ5CFTrFwlwlUCg

 

 

 

 

MSZpHL0dROCHJi%eU1bL9wmUeIjFmER+evr05guwIoqwCet if en forme d’igloo est plus que quatre fois centenaire !

cG8oBTUKRHy+anU7sXcjmw

Y0oJnLWxSsWGvZ5c+XK%Dw

x%PpidkjTiqwISuBuCXoPQ

joTLpnReTsG27l2BtCgODQ

W6VbyjVlQZ27uirbfQHIegRéservation vivement conseillée : Restaurant Le Jardin des ifs

Gerberoy (Picardie) / France – Juin/June 2018

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

Santorin, bons et mauvais plans

Une semaine sur l’île de Santorinau mois de mai, donne une idée assez précise des réalités qui s’offrent au touriste. On relate ici une expérience, celle d’un voyageur amoureux de la Méditerranée, qui découvrait les Cyclades et Santorin, après la Crète et Rhodes.

IMG_5477(Le vieux port de Thira/Fira)

Toutes les références sont mentionnées en fin d’article.

Pour y arriver, on a pris le seul vol direct Paris/Santorin opéré par Transavia (filiale d’Air France/KLM), pas très bon marché, mais des horaires très pratiques pour profiter pleinement du séjour : départ à 6 h 15 le lundi matin, retour à 19h55 le dimanche soir. Mention spéciale pour la ponctualité à l’aller et au retour, l’accueil et la gentillesse du personnel de bord, dans des avions neufs.

Je voulais à tout prix éviter un hôtel ou un hébergement dans les lieux les plus touristiques. Un choix qui s’est avéré d’autant plus judicieux qu’une voiture est indispensable pour profiter des multiples paysages, villages et plages de l’île. Une petite voiture se loue très bon marché (réservation à l’avance très recommandée).

En revanche, l’île est envahie de quad bruyants, polluants. Quand elle n’est pas la proie de dizaines de cars, qui déversent quotidiennement leurs lots de touristes débarqués des ferries ancrés dans la baie de Thira ou des bateaux qui font le tour des Cyclades. Et que se passe-t-il quand deux mastodontes à quatre roues se croisent dans les rues étroites ou les lacets des accès aux ports ? Mon hôtesse me racontait qu’elle s’était trouvée une fois coincée 2 heures et demie aux abords d’Oia… Le réseau routier est incapable d’absorber un développement aussi spectaculaire du tourisme, malgré de nouvelles voies en construction à l’est de l’île. On est très loin du cliché de Santorin, il y a trente ans, avec mules et mobylettes, cars brinquebalants qui faisaient la tournée des plages.

Dm7dMqZ8St6fHtzAjtIP7w

On ne peut évidemment pas déconseiller les villages de Thira/Fira et Oia, qui sont l’image, l’emblème, le cliché de Santorin, et même de la Grèce pour le reste du monde. Mais les visiter soit en début de journée, soit autour de midi. Mais plus on s’approche du coucher du soleil, plus les étroites ruelles ressemblent à un métro bondé, voir L’arrivée à Santorin.

On conseille la belle balade à pied avec vue plongeante sur la Caldera et la baie, à partir du centre de Thira/Fira jusqu’a Firostefani et ImerovigliMais les autres sites de l’île ne décevront pas, bien au contraire. Un parfum d’authenticité et de simplicité qu’on respire à Pyrgos, Megalochori, Kamari.

IMG_5491(La plage de Kamari)

Il faut dénoncer le prix scandaleux du petit téléphérique qui relie le centre de Thira/Fira au petit port (cf. photo supra) : 6 € le trajet, 12 € l’aller-retour, sauf si l’on veut tenter la montée ou la descente à pied sur un raidillon ou à dos de mulet (qui n’est pas gratuit non plus).

Pour les amateurs de plages, outre Kamari, ci-dessus, on a bien aimé Koulompos, en contrebas d’Oia, plutôt sauvage, ou au sud de l’île, Black Beach ou Vlychada, la célèbre Red Beach étant inaccessible à cause d’un éboulement récent (voir Entre le ciel et l’eau).

Beaucoup de bons restaurants, dans toutes les gammes de prix et de cuisine, plutôt à l’écart des gros flux touristiques (éviter les coûteuses terrasses d’Oia et Thira)

Ammoudi Fish Tavern : un peu cher, mais poissons frais, et situé au coeur de la petite baie d’Ammoudi, en contrebas d’Oia

img_5188

Lefkesdans le hameau de Finikia (une petite route à droite avant d’arriver à Oia). Accueil chaleureux, bien situé pour voir le soleil se coucher, prix raisonnables, cuisine authentique et inventive. Petits vins délicieux – le vin produit sur l’île doit être gouté absolument, même s’il est un peu plus cher.

Rosemary Restaurant sur les hauteurs de Pyrgos. Hautement recommandable après un apéritif pris sur la terrasse du Franco’s CaféPréparations originales, variations autour du poisson. Et comme partout accueil et service adorables.

Dans le ravissant village de Megalochoriun chaleureux établissement porté sur le bio et le naturel, FeggeraPrix modérés pour des portions très copieuses.

Plus cher, mais justifié par le cadre, la qualité des préparations, au bord de la Plage noire, à Perivolos : Sea Side by NotosPortions à nouveau très copieuses (par comparaison le double de ce qui serait servi en France).

Sur le conseil de l’hôtel, retour à Pyrgos, un soir où les entrées maritimes formaient des écrans de brume irréels, dans un établissement qui serait sûrement étoilé si le Michelin existait en Grèce, le SelenePrix élevés, du niveau d’un étoilé français, mais cuisine d’un raffinement exceptionnel. A tenter une fois au cours d’un séjour.

31525306_10155688457877602_5719857743381135360_n

Evidemment, il y a quantité de jolies tavernes, beaucoup moins chères, pour peu qu’on les cherche un peu à l’écart, comme sur le vieux port de Fira.

Pour la location de voitures, en consultant un comparateur de prix, on peut trouver très bon marché (moins de 100 € la semaine). Excellentes prestations (accueil, contact, retour)  du représentant local d’Alamo.

Santorini / Mai-May 2018

jeanpierrerousseaublog.com

Santorin, en bleu et blanc

Bzk4cqcIRE+3V2p7F02FYALes couleurs du drapeau grec, le cliché des Cyclades, le bleu et le blanc restent emblématiques de l’habitat traditionnel de Santorin, mais le bleu des coupoles et des volets clos disparaît lentement face au blanc uniforme des constructions modernes qui recouvrent bientôt toute l’île.

VCa8x3kJR9CSANzhMbOpGQ

Oia à midi (en haut) et au couchant (en bas)img_5174

rPevizpiRk2ns0S9jo0WsA

ftq5pB0iSWOzyCx6ijbnEw

eN%u7lS1QJCdu1s2Tvg

cy4EuBJsTG6jOVZqE947UgSantorin une destination tendance pour les jeunes mariés !

kJiwaO5OTVuSBD7uL9EHuQ

kX0xJwd5Sqeo+48g7NI7zQLe village encore authentique de Megalochori

UN0g95SkRU23Ku+p76oVYQ

DBYsA1cEQh2yC5+moPEx1w

Imerovigli

p0smJOl2SPKJ5IQERLMcIg

EZyzZXKoQ%Oe5gLS+fbKQA

s8hsfZeqS4qLZPwNjw6ssA(Vue sur Thira/Fira)

ONHSPa2MTq+rYaIsTyYxbQ

K3AZU62GQ%CHsoUqB3ngTg

CxR9PzFyR9m2K1WUPmTbXw

fullsizeoutput_3e14

atFv6tqRSFK6Yr+cSuay7Q

QH6h6DKhSuaZYbsQHnZU%g

Santorin/Santorini – Mai/May 2018

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

Brașov la ville couronnée

IMG_1826 4

Brașov est l’une des plus belles villes, et des plus chargées d’histoire, de la Roumanie.

Je n’en avais qu’un très vague souvenir de mon tout premier voyage dans ce pays (en 1973), je l’ai retrouvée, belle et majestueuse, très bien entretenue, avec un plan de circulation fluide, qui préserve un centre historique de première importance.

IMG_1664

L’ancienne Kronstadt conserve de beaux témoignages du début du XXème siècle.

IMG_1554

IMG_1560

IMG_1552

IMG_1553

IMG_1557

Dans la rue principale (de la République)

IMG_1817 6

IMG_1822 6

Autour de l’Eglise Noire, on aime le vieux quartier de Șchei.

IMG_1843IMG_1570De belles orgues dans l’Eglise Noire

IMG_1571

IMG_1821 5

IMG_1823 5

IMG_1827 4

IMG_1828 4

IMG_1830

IMG_1832 3

IMG_1831 3

IMG_1833 3

IMG_1835

IMG_1837 3La synagogue

IMG_1839

IMG_1842

Plusieurs bonnes adresses pour bien manger dans la ville. Une table d’excellence (réservation nécessaire), le Belvédère 

Brașov (Roumanie) – Août/August 2017

Piatra Neamt

Piatra Neamț vaut beaucoup mieux que la description sommaire qu’en donne le guide du Routard – décidément à éviter ! -. Ville historique, pleine de charme, assumant une modernité beaucoup mieux entretenue et avenante que Bucarest ou Constanta.

Le théâtre de Piatra Neamt.

Le musée ethnographique de Piatra Neamț.

Quelques conseils pour se loger : à 5 kilomètres à l’ouest de la ville sur la route de Bicaz, un formidable petit hôtel moderne, chambres très spacieuses et calmes, accueil familial, à un prix imbattable : 35 € la nuit (hôtel Oscar)

Et dans le centre de la ville, un seul restaurant digne de tous les éloges, même si le chef force un peu sur les sauces, le Noir

Piatra Neamț (Roumanie) – Août/August 2017