Le monastère de Bistrița

A quelques kilomètres à l’ouest de Piatra Neamt, sur la route de Bicaz, on découvre un des monastères les plus authentiques de la région, celui de Bistrița La destination n’est pas la plus touristique, l’ensemble joue la carte de la simplicité. Et au milieu du cimetière adjacent, se niche l’une des rares églises en bois du circuit (la plupart de ces constructions se trouve dans l’extrême nord de la Roumanie, le Maramureș.

Bistrița (Roumanie) / Août-August 2017

Secu hors du temps

On atteint le monastère de Secu (prononcer : Sé-cou) , fondé en 1602, par une très jolie route à peu près à 20 km de Poiana Largului quand on va vers Targu NeamtL’ensemble a beaucoup de charme, les moines y sont nombreux, les touristes connaissent la destination, mais le calme et la sérénité règnent en maîtres.

L’ermitage de Sihastria

Les guides n’en disent pas grand chose, pourtant à quelques kilomètres après le monastère de Secu, on découvre au fond d’une paisible vallée tout un ensemble monastique prospère, jadis ermitage, aujourd’hui habité de dizaines de moines très actifs dans l’agriculture et la sylviculture, le monastère de Sihastria.

Conseils de voyage : emprunter la belle route qui part de Poiana Largului vers Tirgu Mures, à une vingtaine de kilomètres sur la droite les deux monastères – Secu et Sihastria sont très bien indiqués.

Les immortelles d’Agapia

Le Monastère d’Agapia (Roumanie) est l’un des rares ensembles monastiques de la Moldavie roumaine à être peuplé par des nonnes. On pouvait naguère (1973 !) être hébergé par les soeurs. Cette tradition a été interrompue, avec l’explosion du tourisme et l’implantation de dizaines d’auberges et pensions dans toute la région.

Le monastère de Văratec

Le monastère de Văratec n’est pas le plus connu ni le plus visité des monastères de la région de Neamț. On lui préfère sans doute Agapia. Văratec a pourtant son charme, simple et calme, et son église une originalité par rapport à toutes ses voisines : ses clochers ronds.

Văratec (Roumanie)  Août/August 2017

 

 

Велико Търново (Bulgarie)

IMG_0359

Veliko Tarnovo est une ville étonnante, répartie sur plusieurs promontoires rocheux, témoin de l’histoire tourmentée de ce qui est aujourd’hui la Bulgarie.

En y arrivant par la route du nord, on bifurque d’abord vers le Monastère de la Transfiguration (Preobrajenski) 

IMG_0344

IMG_0349(Comme une ressemblance avec les monastères de la Bucovine roumaine)

IMG_0351IMG_0352

IMG_0357

IMG_0366.jpg

IMG_0364

IMG_0362

Veliko Tarnovo, c’est d’abord une forteresse Tsarevets

IMG_0371 2

IMG_0370

IMG_0386

IMG_0375

IMG_0368 2

Et quelques jolies rues où le touriste se fait rare malgré de belles échoppes.

IMG_0388

IMG_0391

IMG_0392

IMG_0397

IMG_0385

Un hôtel recommandé pour son calme, ses belles chambres et des prix imbattables : Allegro / хотел Алегро

jeanpierrerousseaublog.com

 

Symi l’adorée

L’île de Symi est, selon les guides touristiques, la perle du Dodécanèse http://fr.wikipedia.org/wiki/SymiSAM_2040SAM_2043

Au sud de l’île le monastère de Panormitis, où débarquent chaque jour des milliers de touristes pour admirer (vénérer ?) l’icône miraculeuse de l’Archange Michel. Quand 95% d’un bateau est composé de touristes russes, on imagine l’encombrement à l’entrée de la petite église du XVème siècle…SAM_2051 SAM_2054 La baie de PanormitisSAM_2056 SAM_2058

Vues sur le port de SymiSAM_2059 SAM_2071Du haut du village (Ano Symi) au port de Gialos, plusieurs chemins escarpés, dont les 450 marches de Kali Strata.SAM_2063 SAM_2067SAM_2086SAM_2082SAM_2080SAM_2091SAM_2099

J’étais venu à la fin de l’été 1978 passer deux semaines à Symi, beaucoup moins fréquentée qu’en 2014. Une oasis de calme où vieilles bâtisses bourgeoises vides côtoyaient ruines et petites maisons blanches. Trois ou quatre tavernes sur le port, quelques échoppes à touristes… qui fermaient sitôt le bateau quotidien reparti. Un peu comme Saint-Tropez… avant Saint-Tropez !SAM_2107SAM_2105SAM_2101

Détail pratique : le samedi la traversée Rhodes-Symi se fait en catamaran – plus rapide, plus confortable et à peine plus cher que le ferry normal (on achète son billet directement sur le port)

Symi (Grèce/Greece) – Août/August 2014